Un peu d'histoire

La commune d'Agnetz se trouve à la limite géologique exacte entre l'Ile de France et la Picardie. Son terroir est baigné par la Brèche.

De multiples pierres taillées témoignent de la présence humaine depuis les temps les plus anciens sur ce territoire qui est déjà bien mis en valeur au néolithique. Lorsque les Romains occupèrent la Gaule, ils trouvèrent ici une population de Bellovaques qui furent parmi les derniers à être soumis à leur autorité. Deux voies dites "romaines" mais reprenant des tracés antérieurs, se rejoignaient à Agnetz, non loin de l'actuel prieuré de Saint-Rémy.

Les Normands semblent avoir épargné ce village dont le nom n'entre dans l'Histoire qu'au douzième siècle : On trouve à ce moment toute une série de fiefs et de seigneurs dont certains participent aux croisades. La paroisse d'Agnetz s'étendait alors jusqu'aux faubourgs même de Clermont qu'elle englobait en partie. Des châteaux sont construits à Ronquerolles, à Gicourt. Cinq grands fiefs se trouvent alors sur le territoire de ce qui compose l'actuel terroir d'Agnetz. Ce sont les armoiries de leurs seigneurs qui ont été reprises pour composer le blason moderne de la commune. C'est aussi l'explication de la devise "Quinque sed unus" .

Ces seigneurs, devaient l'hommage au comte de Clermont tandis que la paroisse dépendait, au spirituel, de l'évêché de Beauvais et des abbayes de Saint-Gerner de Fly et de Lannoy.

Une superbe église est édifiée du XIII ème au XVI ème siècle, témoignant de l'enrichissement local et de la foi des paroissiens.

La révolution ne paraît pas avoir provoqué beaucoup de troubles à Agnetz. Toutefois un excité endommagea la "mise au tombeau " de l'église et il fallut attendre la fin du XIXème pour qu'il soit réparé.

Lorsque fut créé le télégraphe de Chappe, celui-ci choisit les hauteurs d'Agnetz pour édifier le poste dit de Clermont sur la première ligne mise en service en 1794.

Jusqu'à un passé récent, les habitants d'Agnetz se consacrèrent essentiellement aux activités agricoles et à l'exploitation de la forêt. Deux moulins existaient sur la Brèche avant la Révolution. Ils se multiplièrent ensuite, à Ronquerolles et Ramécourt faisant de cette modeste vallée une véritable "rue industrielle " mais ne fournissant, somme toute, qu'assez peu d'emploi.

Le charme des lieux attira à Agnetz, Emile de Gîrardin, le créateur de la presse moderne qui passa au "Castel " les derniers étés de sa vie et y écrivit ses "Lettres d'Agnetz ". Les lieux furent occupés ensuite par Paul Cuvinot, sénateur de l'Oise et un temps, président du Conseil général.

La première guerre mondiale a durement frappé les familles : soixante-deux noms figurent sur le monument aux morts qui a été érigé en 1921 entre église et mairie.

La seconde a apporté aussi son lot de malheurs : le 17 juin 1944, les Allemands effectuèrent, à Boulincourt, une rafle qui enleva tous les hommes valides du hameau. Trois seulement revinrent du camp de concentration de Neuengamme.

Le territoire d'Agnetz qui avait été augmenté au XVIlème siècle, d'une partie de celui de la paroisse de Reuil sur Arré, détruite par les Anglais au cours de la guerre de Cent-Ans, a été plusieurs fois amputé au profit de Clermont : en 1790 (quelques maisons), en 1835 (tout Béthencourtel, les Noyers et une partie de la Rue des Fontaines) et en 1960 (Fay et le faubourg Saint Laurent).

La commune d'Agnetz compte, en 1960, parmi les cinq créateurs du "District urbain de Clermont", élargi depuis et devenu "District du Clermontois" et, plus récemment, " Communauté de communes du clermontois".

Si, pendant un temps, Agnetz a fait figure de village-dortoir, les activités s'y sont maintenant diversifiées et intensifiées : la commune qui compte 3053 habitants au recensement de 1999, est aujourd'hui le siège d'entreprises modernes et dynamiques sans pour autant qu'ait disparu l'essentiel de ce qui faisait son charme.
©Jean-Claude MINET. 2000 - Reproduction interdite

Quatre études de détail ont été publiées à propos de l'histoire d'Agnetz

André Dessaint : "Le télégraphe aérien : Agnetz poste intermédiaire sur la première ligne en service"

André Dessaint : "Les chauffeurs du Clermontois"

André Dessaint : "Agnetz, scènes de la vie religieuse"

Jean-Claude Minet : "N'oublions jamais. 17 juin 1944. La rafle de Boulincourt."

D'autres recherches sont en cours.

Ces travaux peuvent être consultés à la bibliothèque d'Agnetz.

Jean-Claude Minet : "Petit résumé de l'histoire d'Agnetz"

Jean-Claude Minet : "L'école de Boulincourt"

André Dessaint : "Les moulins d'Agnetz (fascicules 1 et 2)"

André Dessaint : "Les moulins d'Agnetz (fascicules 3 à 10)"

retour en haut de la page